Ce site utilise un système de cookies afin d'améliorer votre expérience de navigation. En continuant votre visite, vous acceptez l'utilisation de ces derniers.

Actualités

L'autonomie par l'emploi

L’accès à l’autonomie passe par l’emploi, qui permet souvent de résoudre la plupart des difficultés. Pendant toute la durée de l’accompagnement, la Mission locale s’engage à appuyer le jeune dans sa recherche d’expériences d’emploi et de formation.
Des périodes de mises en situation professionnelles peuvent être proposées pour permettre au jeune soit :
• de découvrir un métier ou un secteur d’activité ;
• de confirmer un projet professionnel ;
• ou d’initier une démarche de recrutement.
Ces périodes de mise en situation peuvent être multipliées autant que de besoin. Elles proposent une expérience proche de la réalité des métiers, avec une présence qui se cale sur les conditions normales de l’entreprise d’accueil. La présence d’un tuteur assure, notamment, l’accueil, l’information sur les règles d’hygiène et de sécurité, le suivi et l’évaluation de la période de mise en situation.

Une garantie de ressources

Afin d’appuyer son implication et en fonction de ses ressources, le jeune bénéficie d’une allocation forfaitaire mensuelle d’un montant maximum de 480,02 € (au 1er septembre 2017). Celle-ci est versée mensuellement et à terme échu. Elle est incessible et insaisissable. Elle peut être suspendue ou supprimée, sur décision de la commission de suivi des parcours, en cas de non-respect par son bénéficiaire des engagements de son contrat.

L’allocation est dégressive à partir de 300 € nets de ressources d’activité perçues, pour être nulle à 80 % du Smic brut.

L’allocation est entièrement cumulable avec les autres ressources perçues par le bénéficiaire, sauf dans les cas suivants :

  • L’allocation n’est cumulable ni avec l’indemnité de service civique ni avec l’allocation temporaire d’attente. Le cas échéant, le versement de l’allocation est suspendu pendant la période durant laquelle le jeune perçoit ces prestations.
  • L’allocation n’est pas cumulable avec la prime d’activité (mentionnée à l’article L. 841-1 du code de la sécurité sociale), sauf pour les personnes à charge telles que mentionnées à l’article R. 842-3 du même code. Le versement de l’allocation prend fin, le cas échéant, à compter de l’ouverture du droit à la prime d’activité. Toutefois, lorsqu’un droit à la prime d’activité est ouvert au titre d’une activité antérieure à l’entrée dans la Garantie jeunes, la prime correspondant à cette période d’activité demeure cumulable avec l’allocation.
  • L’allocation n’est pas cumulable avec le revenu de solidarité active (RSA), sauf pour les personnes à charge telles que mentionnées à l’article R. 262-3 du Code de l’action sociale et des familles. Les bénéficiaires du RSA et leur conjoint, concubin ou partenaire lié par un pacte civil de solidarité (PACS) qui sont accompagnés en Garantie jeunes ne bénéficient pas de l’allocation versée dans ce cadre.

Sanctions en cas d’engagements non respectés
En cas de manquement du jeune à ses engagements contractuels, la commission de suivi des parcours peut procéder, après avoir mis à même l’intéressé de présenter ses observations, à :

  • la suspension du paiement de l’allocation ;
  • la suppression du bénéfice de la Garantie jeunes. Elle notifie sa décision, dûment motivée, par tout moyen conférant date certaine (courriel avec accusé de réception ou de lecture, fax, lettre recommandée avec demande d’avis de réception, lettre remise en main propre contre récépissé…), au bénéficiaire de la Garantie jeunes ou à ses représentants légaux lorsque celui-ci est mineur ou fait l’objet d’une mesure de protection juridique.

L'apport du collectif

En Garantie jeunes, les jeunes sont réunis par groupe et réalisent des travaux collectifs. Cela permet au jeune de s’approprier les règles et les codes comportementaux qui régissent une organisation de travail et la relation salariée. Cela implique également que le jeune s’investisse au quotidien.

Le groupe dispose d’une charte de vie, d’un programme d’action quotidienne, de points d’évaluation de la progression vers l’autonomie : à 1 mois, à 4/6 mois et à 12 mois.

Ces travaux en collectivité permettent de développer les compétences sociales, la confiance en soi, l’auto-évaluation, la pratique de l’entraide et de la coopération.

Prendre confiance !

Valoriser le potentiel des jeunes!

Le travail avec le conseiller en Mission Locale permet aux jeunes :

  • de développer compétences sociales, sens de la responsabilité, citoyenneté, confiance en soi, pratique de l’entraide et de la coopération
  • de se créer un réseau social et professionnel et d’identifier leurs aptitudes et capacités acquises au travers de leurs expériences
  • d’apprendre à valoriser leur potentiel auprès des employeurs : sens de l’organisation, minutie, gestion de budget, maîtrise de la communication verbale et non verbale, écrits professionnels, calcul et utilisation des outils de bureautique ou du web….
  • d’être outillé pour accéder au monde de l’entreprise (recherche d’immersion en entreprise, enquêtes métiers, rencontres et visites d’entreprises….)
  • d’utiliser l’ensemble des situations professionnelles mobilisées tout au long de l’année pour construire une expérience valorisable auprès des employeurs